Promenade à Sidon

 

IMG_20180907_080801.jpg

Avec notre groupe accompagné d’un guide de la compagnie Nakhal, nous avons d’abord fait une halte gourmande à la pâtisserie Kanaan localisée à l’entrée de la ville de Sidon, située dans le sud du Liban.

J’ai commandé le traditionnel knafeh ou k’tayef qui est une pâtisserie feuilletée, trempée dans un sirop, réalisée à base de cheveux d’anges, de fromage, de beurre et de pistaches ou de noix.

Puis, j’ai acheté un coffret composé de divers pâtisseries trempées dans le miel….bien emballé et dans un sac, ça passera dans la valise!

Kanaan sweets

http://www.kanaansweets.com/en

 

 

 

 

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous nous sommes ensuite rendus directement au château de la mer de Sidon.

Le Château Saint-Louis est une forteresse construite en 1253 à Sidon au Liban, par le roi Saint-Louis, lors d’une campagne de restauration des ouvrages militaires des Croisés, à 200 m de la mer.
J’ai particulièrement apprécié la vue sur le port qui confère une ambiance apaisante.

 

 

 

 

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Nous nous sommes enfoncés dans le souk, riche en couleurs et parfums envoûtants.

Il était agréable de sentir que les touristes étaient attendus et accueillis avec bienveillance pour prendre des photos.

 

 

 

 

 

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Puis, nous nous sommes dirigés vers le Musée du savon.

« Le Musée du Savon, situé à Saida à 45 km au sud de Beyrouth, est un musée thématique qui raconte l’histoire du savon au Moyen-Orient. Ce musée a pour cadre un bel ensemble de pièces voutées anciennes entièrement restaurées. Il permet de découvrir les différentes étapes de la fabrication du savon artisanal à base d’huile d’olive, ainsi que la diversité de ses formes et de ses propriétés.

Le visiteur peut ainsi comprendre les techniques de cuisson, de séchage, de découpage et de calibrage du savon artisanal. Des vitrines montrent les divers ustensiles et objets utilisés dans les hammams. À la fin de la visite, un petit film de 10 minutes, sous-titré en français et en anglais, montre quelques artisans libanais qui expliquent leur façon de travailler, et leur désir de transmettre leur savoir-faire et leur amour de ce métier aux générations suivantes. »

Source : Fondation Audi

http://www.audifoundation.org.lb/audi-foundation/accueil

Pourquoi les maîtres savonniers étaient très polis ou pas

https://liban2019.travel.blog/2019/02/20/pourquoi-les-maitres-savonniers-etaient-tres-polis-ou-pas/

 

 

 

 

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Nous avons continué par la visite de la Cathédrale Saint Nicolas

Hors du tracé de la vieille ville de Sidon, la cathédrale Saint Nicolas des Grecs-catholiques fut construite en 1896 à proximité de leur évêché. Elle est ornée, de même que l’évêché, de fresques qui représentent des scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament.
Devant l’autel a été transférée en 1996 une mosaïque du 6ème siècle provenant d’une église byzantine en ruines découverte au village d’Anan.

A savoir que la cathédrale et l’église sont coupées en deux (voir l’article et la video)

https://www.oeuvre-orient.fr/2011/08/04/liban-la-cathedrale-coupee-en-deux/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Pour terminer, nous sommes entrés dans Khan El Franj ou Caravansérail des Français.

Il abrite actuellement l’Institut Français de Sidon.

« Le Khan El-Franj a été créé lors de la deuxième moitié du 16ème siècle par les commerçants français, à l’endroit où se trouvait la cour centrale du quartier vénitien à l’époque croisée.
C’est le plus ancien Khan d’Acre ayant survécu jusqu’à nos jours. Il tient son nom des commerçants français l’ayant construit et y ayant résidé. Les activités des commerçants français d’Acre atteignirent leur point culminant vers la fin du 18ème siècle jusqu’à ce qu’en 1791, ils soient chassés de la ville par le Pacha Jazzar. Après leur renvoi, le Pacha prit possession du commerce du coton, qui étaient jusqu’à cette époque presque le monopole des Français.
Au début du 18ème siècle, le gouverneur d’Acre établit sa résidence dans le Khan El-Franj, il décida de s’y installer pour sa sécurité afin de pouvoir contrôler les marchandises françaises et en soutirer des taxes plus efficacement.
Aujourd’hui, l’une des ailes du Khan accueille une école.
La cour du Khan est actuellement ouverte au public. »

Source : Akko

http://www.agendaculturel.com/Patrimoine_La_nouvelle_vie_de_Khan_el_Franj

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Institut français de Sidon

http://www.institutfrancais-liban.com/Saida