Le Bois des Pins de Beyrouth

La forêt de pins Beyrouth 1849-50 par le peintre français, NARCISSE BERCHERE (1819-1891)

Forêt des pins longtemps interdite, tu as été le poumon de la ville. Seras-tu un jour totalement à nous ?

Textes de Tania Hadjithomas Mehanna

Photos de Ghadi Smat

Tirés du livre Beyrouth by Day, en vente dans les librairies Stephan, Antoine et Antoine Online

Les bénéfices de la vente du livre seront reversés aux ONG locales.

https://www.agendaculturel.com/article/beyrouth-by-day-horch

© The Fouad Debbas Collection

Elle s’étendait autrefois jusqu’à la mer à Ramlet el-Baïda, et vers Hamra, Badaro… Dans « Voyage en Orient », Lamartine la décrivait, en 1832, comme « le site de (ses) rêves ».

Mais au fil de l’Histoire, la Forêt des Pins s’est réduite comme peau de chagrin, victime d’une série d’agressions, de la ville, du béton, de la guerre. Aujourd’hui, le poumon vert de Beyrouth ne fait plus que 300.000 m2.

Un espace fermé au public, la Municipalité de Beyrouth souhaitant éviter toute dégradation des lieux. Seules les personnes ayant obtenu l’autorisation du Mohafez de Beyrouth peuvent passer la grille d’entrée et déambuler entre les pins, arbres de bouddha, et autres caroubiers qui bordent les allées de la forêt.

Sous la pression des ONG, le président de la Municipalité de Beyrouth a déclaré, en février dernier, qu’il travaillait sur la possibilité de l’ouvrir au public avant la fin de l’année 2012 pour une période d’essai.

De Fakhreddine à aujourd’hui, retour en images sur l’histoire de cette Forêt des Pins

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s