Hafez Jreij, le sauveur des salines de Anfeh

Cette publication est dédiée à Monsieur Hafez Jreij dont j’admire beaucoup le travail et avec lequel j’ai fait connaissance sur Facebook. Je l’ai informé de cette dernière et il en est très touché. Il a été très peiné d’apprendre qu’une marque m’a insultée de voleuse de contenu alors que je ne faisais que de diffuser justement de la publicité pour lui et cette marque (la personne se reconnaîtra), car je lui en parlé ce jour le 20-10-20. J’ai retiré ce qu’on m’a demandé mais en tout cas je garderai en mémoire le nom de cette marque en des termes extrêmement négatifs. 

« Une zone à importance biologique et culturelle

Situé sur une péninsule de 400 mètres de long près de la ville nordique de Tripoli, le site archéologique d’Enfeh était une cité côtière de l’Antiquité, utilisée jadis par les Phéniciens comme chantier naval. Enfeh révèle les vestiges d’au moins 3.000 ans d’occupation humaine. Murs phéniciens et romains, pressoirs à vin, sols en mosaïque, et deux chapelles du 7e siècle ont été trouvés sur le site.

Un rapport de Greenpeace de 2010 suggérait d’inclure la péninsule d’Enfeh dans un réseau de réserves marines des eaux côtières du Liban à cause de son importante biodiversité. L’organisation proposait que les activités humaines soient limitées à la surveillance scientifique et à la plongée libre et sous-marine. Un écosystème naturel endémique existe toujours dans cette zone, à côté de marais salants vieux de décennies, de vestiges antiques et d’objets culturels. Avec l’île de Gozo à Malte, Enfeh possède les plus anciens marais salants de la Méditerranée.

Les appels à la protection du rivage d’Enfeh et de sa production traditionnelle de fleur de sel sont récurrents depuis des dizaines d’années. Avant les années 1970, Enfeh produisait l’essentiel du sel du Liban. La municipalité d’Enfeh estime qu’environ 70 pour cent des familles locales en vivaient. Leurs gains leur permettaient de se construire des maisons et d’envoyer leurs enfants à l’école. Mais leurs marges bénéficiaires ont dramatiquement baissé depuis les années 90, quand le gouvernement libanais a aboli les taxes sur le sel importé et que les coûts du sel libanais sont devenus trop élevés pour rester compétitifs. »

https://fr.globalvoices.org/2018/06/03/225691/

Dans le Liban souillé par les ordures (et je ne parle pas de politique sur ce coup-là…), au littoral défiguré, détruit au mépris de toutes les lois, il existe un village et un homme qui résistent. À Anfeh, Hafez Jreij, militant du Mouvement écologique libanais, se bat pour gagner la “Révolution du sel”, préserver un environnement menacé, redonner vie à une tradition et développer des activités dont pourrait bénéficier son village.

https://magazine.hortus-focus.fr/blog/2020/08/18/hafez-jreij-le-sauveur-des-salines-de-anfeh/

8 réflexions au sujet de “Hafez Jreij, le sauveur des salines de Anfeh”

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s