LE LILAS DE DAVID – Marianne Michel Sawan

16473468_1779215372399521_7540357333644440004_n.jpg

Une histoire d’amour captivante entre Lilas et David, qui se retrouvent après trentes années pour réaliser que leur amour loin d’avoir diminué au fil du temps s’en trouve encore plus fort …

L’écriture d’un premier roman écume nos préjugés et nos peurs; elle distille nos rêves. Marianne Sawan nous offre un ouvrage parfumé des effluves de son pays natal, le Liban. Néanmoins, il est également irrigué par sa mentalité canadienne.

L’intrigue y est percutante, mais surtout humaine. Son expression est noble et élégante, son texte fluide, ses personnages attachants et bien campés. Elle nous surprend par un récit animé de rebondissements où sont dissimulés des fragments de sa philosophie: l’amour, l’appartenance au pays et les choix que nous impose la vie ou que nous dictons à nous-mêmes et aux autres.
Comme l’écrivain est également poète, les chapitres sont truffés de charmants passages de poésies (12). Marianne parle à travers tous ses personnages pour exprimer sa pensée profonde. Ainsi elle est simultanément la porteuse des traditions libanaises (Oum Ghassan), la nouvelle génération de femmes de ce pays (Catia), l’héroïne féminine (Lilas) brandissant le drapeau de l’intégrité et du courage et finalement (David), l’archétype du Libanais qui a quitté sa terre et qui a réussi à l’étranger.

On y perçoit sa profonde nostalgie du pays natal, mais également la sagesse qu’elle en retire, comme son héroïne, du fait même d’avoir vécu longtemps à l’étranger. Une nouvelle catégorie de femme émerge à travers sa Lilas. Riche de son héritage oriental, sous les traits de la femme occidentale, elle s’exprime et s’assume entièrement comme l’indique la réplique suivante : «– C’est vous qui devrez m’expliquer. M. Asmar, pourquoi une femme devra toujours suivre ? Rester soumise ? Elle n’est pas une bête à ce que je sache ! Même les animaux, de nos jours, ne suivent pas leur maître ! ».
Finalement, sur fond d’intrigue amoureuse, l’auteure nous parle honnêtement de ses valeurs humanistes. Elle décortique le thème du retour vers le pays natal et des joies et des déceptions qui en découlent. Elle enrichit celui des relations amoureuses par des leçons généreuses. Il est jubilant de tomber sur des expressions purement libanaises au détour des paragraphes.
Libanais et non-Libanais y trouveront la saveur ensorcelante du Pays des Cèdres. Marianne Sawan signe un ouvrage habilement monté. Il est riche en découvertes. On le ferme, le sourire aux lèvres et l’âme vagabonde avec l’impression d’avoir traversé toute une vie ou plusieurs ! (Extrait de la préface de Frida Anbar)
(Prologue):Car ce récit est l’histoire d’un grand amour, mais aussi d’une rupture! À quarante-neuf ans, Lilas Salamoun retrouve son ancien copain de classe et amour d’adolescence, David Karam, qui devient son partenaire et son mentor en affaires au Qatar, aux Émirats arabes unis. Ils retombent amoureux l’un de l’autre, mais se trouvent dans une impasse. Séparée de son mari depuis trois ans et attendant ses papiers de divorce religieux, elle se sent fatiguée de mener une double vie affective et professionnelle, et décide soudain de tout quitter. Elle invite David à faire de même, de partir et de se reposer…Elle lui laisse un message concis et part mais continue de lui écrire et de clavarder avec lui tous les jours…
Ruminé depuis des décennies, le projet qu’elle voudrait réaliser consiste à acquérir et rénover une des anciennes maisons montagnardes libanaises, et un autre rêve qu’elle a longtemps caressé: écrire. Écrire, coucher sur papier histoires et anecdotes afin de récapituler sur ses expériences professionnelles et féminines. Lilas a toujours eu la plume facile.

Écrire pour elle est aussi une thérapie, elle en a besoin d’ailleurs, en cette période dure qu’elle traverse, d’autant plus que certaines tournures, imprévus et contingences de la vie l’obligent à s’isoler…Installée dans sa nouvelle maison rénovée, perchée sur une splendide colline libanaise face à l’ancien couvent de Mar Youhanna, St Jean Baptiste, Lilas a de nouveaux amis et doit négocier un virage crucial de sa vie…

Le lilas de David est actuellement en vente:

https://mariannesawan.com/contact/

https://soundcloud.com/user704341182/entrevue-radio-moyen-orient-marianne-michel-sawan-le-lilas-de-david-15mai2016

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s